Ce week-end la fête du lait organisée par le comité de développement de Belmont Charlieu au lycée agricole de Ressins a connu un succès à la hauteur de l’engagement des éleveurs, compétiteurs, collectivités et bénévoles. Son objectif : communiquer autour des productions agricoles, des filières et des produits locaux.

L’agriculture est une véritable opportunité pour nos territoires mais c’est également un formidable levier face à des enjeux sanitaires, des enjeux sociaux et des enjeux environnementaux. L’urgence écologique impose en effet d’adapter notre modèle de production pour répondre aux aléas climatiques. Nous sommes à une étape de la transformation écologique essentielle. Face à l’urgence climatique, nous sommes à la fois la dernière génération à pouvoir agir, mais également la première à en avoir les moyens.

Transformer notre modèle agricole, c’est permettre à nos agriculteurs de vivre de leur travail et en même temps adapter la production aux nouveaux modes de consommation.  Les allègements de charges, les retraites, les seuils de reventes à pertes sont autant de sujets dont on débat à l’assemblée nationale pour offrir de meilleures conditions de rémunération à l’ensemble de la profession. En inversant le processus de construction du prix, en renforçant la médiation agricole ou encore en encadrant les promotions, la majorité s’est engagée auprès des agriculteurs pour améliorer leur rémunération et faire que leur travail paye.

C’est en partie par l’éducation que pourra se réaliser le changement de notre modèle agricole. La loi issue des États généraux de l’Alimentation et notamment son titre 2 a vocation à favoriser une alimentation plus saine, plus durable et accessible à tous. Nous bénéficions d’une agriculture d’excellence qu’il convient de valoriser. En rendant obligatoire une part de produits issus de l’agriculture biologique et de produits locaux dans la restauration collective, ce sont ces produits là que nous souhaitons faire découvrir à nos enfants. Le renforcement du bien-être animal et la réduction de l’utilisation des produits phytopharmaceutiques, inscrits dans la loi vont également dans ce sens.

Inscrivez-vous à la lettre d'information de Nathalie Sarles

Inscrivez-vous à la lettre d'information de Nathalie Sarles

Vous recevrez les dernières informations concernant le travail de la députée directement dans votre boîte mail.

Vous avez été inscrit. Merci !

Share This