Lundi 14 mai 2018, la mission d’information sur la ressource en eau était en déplacement à Toulouse.

La Garonne constitue un enjeu majeur de restauration de l’équilibre quantitatif pour satisfaire les enjeux économiques, l’alimentation en eau potable, le bon état des milieux aquatiques et la biodiversité.

Le fleuve Garonne constitue la « colonne vertébrale » aquatique du bassin Adour-Garonne. Prenant sa source dans les Pyrénées, elle parcourt plus de 500 km avant de se jeter dans l’Atlantique par l’estuaire de la Gironde. Axe majeur de vie et de circulation dès l’Antiquité, son bassin versant accueille près de 40 % de la population des ex-Régions Midi-Pyrénées et d’Aquitaine (soit plus de 2 millions d’habitants) et une grande partie de leurs activités économiques. Les projections de l’INSEE montrent que près de 1,5 millions d’habitants supplémentaires s’installeront sur cet axe Garonne d’ici 2050 amenant pressions et besoins complémentaires.

Face à ces besoins croissants, le changement climatique amènera le fleuve Garonne à voir son débit se réduire de près de 20 à 40 % sur l’année et de près de moitié durant la période estivale.

L’eau potable sera donc un enjeu majeur ce d’autant qu’aujourd’hui, par exemple, près de 90 % de la population haut-garonnaise est alimenté par des eaux de surfaces, particulièrement sensibles aux effets du changement climatique (Garonne et affluents alimentant plus de 1 millions d’habitants).

Les prélèvements sur la Garonne et sur ces affluents sont importants puisqu’ils représentent en moyenne des volumes prélevés en étiage (1er juin – 31 octobre) en eaux superficielles et nappe d’accompagnement, tous usages confondus, qui sont évalués à 310 millions de m3 (dont 42 % pour l’irrigation, 36 % pour l’industrie et 22 % pour l’eau potable).

Les milieux naturels remarquables subissent ainsi d’importantes pressions qui les fragilisent. Le bon fonctionnement notamment des milieux aquatiques de l’aval de la Garonne (système fluvio-estuarien Garonne-Dordogne-Gironde) constitue ainsi un objectif majeur de la gestion en étiage ; cela passe par le maintien d’apports d’eau douce suffisants pour disposer d’un bon état du milieu, notamment par un bon niveau d’oxygénation des eaux en Garonne aval et de l’estuaire de la Gironde indispensable au bon fonctionnement des écosystèmes (la Garonne reste le seul bassin de l’Europe de l’Ouest qui possède encore l’ensemble des espèces de grands poissons migrateurs : saumon, grande alose et alose feinte, anguille, lamproies marine et fluviatile, truites de mer et esturgeons).

A noter également l’existence sur la Garonne de la centrale nucléaire de Golfech.

La Garonne, de par l’inadéquation actuelle entre les besoins et la ressource en eau disponible, voit s’appliquer des mesures de restriction, à des degrés divers, à l’ensemble des usages et activités préleveurs et consommateurs qui ont une incidence sur les débits d’étiage ou sur la qualité des eaux. Le projet de territoire « Garonne amont », porté par le conseil départemental de Haute-Garonne, s’il ne résoudra pas le déficit de l’ensemble de la Garonne, devrait contribuer significativement à l’amélioration de la situation actuelle mais surtout future de ce fleuve.

Retrouvez ci-dessous le programme de la journée


 

10h00 : présentation du contexte et des enjeux de la gestion de la ressource sur le bassin Adour-Garonne par DREAL, DRAAF et Agence de l’eau.

11h00 : présentation du barrage de Puydarrieux (14,5 Mm3), devenu réserve ornithologique (intérêt national pour certaines espèces) et site NATURA 2000, par le directeur de la CACG, Alain PONCET, et l’animatrice de la Maison de la nature et de l’environnement des Hautes-Pyrénées.

12h00 : Déjeuner avec Pascal MAILHOS, Préfet de Bassin et Martin MALVY, Président du Comité de bassin

14h00 : rencontre avec Paul CARRERE, Président de l’EPTB Adour, en charge de plusieurs SAGE (Adour amont, Adour aval, Midouze) et projets de territoires sur le bassin de l’Adour.

15h00 : rencontre avec les représentants agricoles du comité de bassin et du conseil d’administration de l’agence de l’eau, Henri-Bernard CARTIER et Jean-Luc CAPES.

16h00 : rencontre avec Sébastien VINCINI, Vice-président du Conseil départemental de Haute-Garonne, porteur du projet de territoire « Garonne amont ».

17h00 : visite du canal de St Martory, géré par Réseau31[1], en présence de son président Sébastien Vincini et de son directeur Gonzague AMAYE ; canal alimenté par la Garonne et illustrant les différents usages de l’eau qui existent (hydroélectricité, eau potable, irrigation) et le partage de l’eau qui en découle

19h00 : fin de la journée

[1] Réseau31 : syndicat mixte regroupant 250 collectivités de Haute-Garonne et le département de Haute-Garonne avec compétence sur l’eau potable, l’assainissement collectif, assainissement non collectif, eaux pluviales, irrigation, fourniture d’eau brute,…

Inscrivez-vous à la lettre d'information de Nathalie Sarles

Inscrivez-vous à la lettre d'information de Nathalie Sarles

Vous recevrez les dernières informations concernant le travail de la députée directement dans votre boîte mail.

Vous avez été inscrit. Merci !

Share This